Archives pour la catégorie Partage d’expériences

A chacun son Pékin

« A chacun son Pékin » est une suite de petits reportages vidéos publiés sur le site Aujourd’hui La Chine. Ce sont des jeunes (français ou chinois) qui donnent leur impression sur un quartier ou un endroit particulier de Pékin. J’aime beaucoup leur façon de présenter, et cela me rappelle vraiment ce que j’ai pu voir à Pékin lors de mes différents séjours 🙂

Voici pour l’instant les 3 vidéos publiées :
– à l’Université de Pékin (北大)
– à Gulou (鼓楼)
– à Zhongguancun (中关村)

00000==> Voir toutes les vidéos A chacun son Pékin

S’acculturer ou ne pas s’acculturer

Malgré que cela fasse quelques années que je suis immergée dans la culture chinoise (lors de mes stages en Chine, mais aussi à Paris dans la communauté chinoise étudiante), il reste encore des choses auxquelles j’ai du mal à m’habituer.

Choses auxquelles je suis maintenant habituée
– la circulation désordonnée, la dureté des lits, la chaleur l’été, le confort minimum de la campagne,
– la nourriture et sa diversité (dans les grands restaurants autant qu’à la table des paysans), comment manier les baguettes, le petit déjeuner chinois (voir mes notes Petit déjeuner chinois et Petit déjeuner mongol), l’absence de produits laitiers ou de desserts dignes de ce nom,
– la façon de saluer ou de s’adresser aux gens et toute la gestuelle qui va avec. Par exemple, saluer de la tête en souriant, ne pas dire « nihao » mais « ah, tu es rentré » ou autre commentaire sur ce que la personne est en train de faire quand on arrive, ne pas dire « oui » mais un « hm » discret avec un petit signe de tête ou au contraire « shi a ! » « dui a ! » avec emphase pour acquiescer.

Choses que j’ai du mal à supporter
– le fait que les chinois parlent très fort lorsqu’ils sont en groupe (notamment au restaurant) ou au téléphone, ce qui fait qu’on a toujours l’impression qu’ils sont énervés et cela vous donne mal à la tête au bout d’une heure au restaurant.
– la saleté et la pollution de certains endroits, notamment la banlieue de Pékin ou certains villages de la campagne, où, comme au Maroc, on voit des amas de déchets dans la nature, et notamment près de points d’eau. Regardez ces canards qui pataugent dans les déchets…

00001          00000

– la politesse chinoise qui veut qu’on exagère toujours les compliments faits aux gens, ce dont on a pas du tout l’habitude en France.
– l’accueil chinois des invités Lire la suite S’acculturer ou ne pas s’acculturer

Zhang Yimou et Chengdu

Zhang Yimou raconte sa vision (un peu idyllique) de Chengdu. Il parle clairement et y’a les sous-titres en anglais. Pour pratiquer un peu la compréhension orale et voir de magnifiques images de la Chine 🙂

http://www.youtube.com/watch?v=j9oi-ORbHu0

00000Des fragments de cette vidéo ont ensuite été utilisés pour faire un spot publicitaire pour la ville : voir le spot

Fière d’être française ?

Sarkozy a réussi à être connu jusqu’au fin fond de la Chine, belle performance ! Bon d’accord, il a été très aidé par le gouvernement, mais quand même…
J’aimerais bien pouvoir passer un dîner « d’affaires » sans qu’on me rappelle qui est mon président et ce qu’il a fait ou dit l’an dernier. Où peut-être est-ce parce qu’ils n’ont rien d’autre à me dire… Qui sait ? En tout cas, j’ai bien compris mon rôle : ne rien dire.

Aujourd’hui, on a ouvert une bouteille de vin rouge local rien que pour moi. Quand auront-ils compris que ça ne sert à rien, jamais je ne participerai à leur « culture chinoise de l’alcool » (dont ils sont si fiers d’ailleurs). J’aime pas passer pour une impolie, mais c’est un peu leur faute de persister…

Apparemment, c’est un vin très fruité (à l’odeur, et à la lecture de l’étiquette). J’aimerais bien qu’un « vrai » Français vienne me dire de ce qu’il pense de ce vin. Que je sache si je dois leur dire de continuer à cultiver la vigne où s’ils peuvent arrêter là…

Formalités administratives

Ca y est, j’ai mon nouveau visa, qui me permet de rester en Chine jusqu’au 19 Décembre. Mais ça n’a pas été de la tarte… Pour demander un visa, ça paraît très simple, il faut seulement :

image 11

– son passeport avec l’ancien visa,
– le formulaire de demande de visa rempli,
– une lettre de recommandation de mon laboratoire disant pourquoi je reste plus longtemps,
– l’attestation de résidence à Pékin.

Les trois premiers n’ont pas été un problème. Pour l’attestation de résidence, j’ai en fait appris à ce moment-là que j’étais censée l’avoir demandée dès mon arrivée à Pékin. C’est la règle pour tous les étrangers qui vivent en Chine ailleurs qu’à l’hôtel.

Pour obtenir cette attestation, il faut aller au bureau de police du logement le plus proche, en compagnie de son propriétaire. Elle nous donne un papier qu’il faut amener à un autre bureau de police pour faire éditer le fameux papier officiel. Apparemment très simple. Mais tout est compliqué en Chine, surtout lorsqu’il s’agit de s’enregistrer.

En effet, lorsque j’ai dit à ma propriétaire, qui n’habite pas là où je vis mais à l’autre bout de Pékin, que j’avais besoin qu’elle vienne, elle a rechigné. Non pas pour le déplacement obligé, mais parce que si je m’enregistre, il va falloir qu’elle paie les taxes de location. J’ai touché un point sensible… La plupart des gens qui louent de particulier à particulier ne vont pas s’enregistrer, juste pour ne pas avoir à payer ce fameux impôt. Or, les étrangers sont obligés de le faire dans les 24h après leur arrivée.

Il a donc fallu discuter et accepter de payer nous même les taxes pour la faire venir. Une fois dans le bureau, Lire la suite Formalités administratives