Archives du mot-clé 过桥米线

Restaurant du Yunnan, original et excellent : Guan Guan Yuan

Localisation : 11e arrondissement, métro St Ambroise (ligne 9)
Spécialités : cuisine du Yunnan et sud-ouest de la Chine, spécialité : les « Nouilles qui passent le pont » (guoqiao miqian 过桥米线) (Voir photo de ces nouilles)
Dépense moyenne : 12-16€
Mes commentaires : un petit restaurant familial avec 2 étages, très convivial, où il faudra peut-être réserver si vous y aller le week-end. Attention, vu qu’ils ne sont que 2 à s’occuper de la cuisine et du service, on peut attendre un peu, surtout si vous demandez autre chose que les « nouilles qui passent le pont », et il peuvent être à court de certains plats ou desserts à la fin du service… Mais cela vaut vraiment le coup d’y aller, ne serait-ce que pour goûter une cuisine originale, qui diffère ce que l’on peut trouver dans les autres restaurants, qui proposent souvent des cuisines plus « communes », sans parler des traiteurs qui font tous pareil…
Mes conseils : Si vous n’avez jamais goûté, prenez les « nouilles qui passent le pont », ne serait-ce que pour expérimenter de mettre soi-même les ingrédients (lamelles de viande, œuf de caille, légumes, épices, nouilles de riz) dans la soupe bouillante servie dans un pot en terre… Le goût n’est pas très relevé mais le mélange d’épices est très fin.
Je vous conseille aussi de goûter un de leur desserts, qui sont très déroutants, et notamment ceux à base de riz gluant. Ça change des desserts « typiques » des restaurants chinois…

Mes plats préférés : les « nouilles qui passent le pont », mais aussi tous les autres plats de nouilles, les plats à base de tofu (appelés « fromage de soja » sur la carte ») ainsi que les plats cuits à l’étouffée.

00000

Guan Guan Yuan (罐罐缘)
14, rue de la Folie-Méricourt
Paris 11e
(métro St Ambroise, ligne 9)

Attention : ouverture à 12h30 le midi,
Ouvert le dimanche mais fermé le lundi

Publicités

Vol vers la Chine et premières impressions

Cette nuit, je n’arrive pas à dormir, sûrement à cause du décalage horaire. J’en profite donc pour vous raconter notre arrivée à Pékin.

Une fois arrivés au comptoir d’enregistrement de la compagnie British Airways, nous avons enfin eu une réponse claire : Dong n’avait en réalité pas besoin de visa. La confirmation définitive est venue plus tard : personne n’a regardé son visa lors du changement en Angleterre… Voilà comment dépenser pour rien deux semaines de temps et 65 euros. 气死了!

Ensuite, le trajet en avion est passé vite, malgré l’heure de retard au départ de Londres (et donc à l’arrivée). J’ai été marquée par la modernité de l’aéroport de Londres Heathrow, avec des espaces très confortables avec quelques canapés dans lesquels on peut dormir. La seule chose est qu’on ne peut rien y acheter vu qu’il faut payer en livres sterling… J’ai aussi mangé le meilleur plateau repas de tous mes voyages en avion dans le vol Londres-Pékin. Tout était excellent, de bonne qualité, original et avec du goût. Rien à dire. J’étais impressionnée que les Anglais, réputés pour une cuisine insipide, nous servent des plats aussi bons.

Une fois arrivés à Pékin, récupéré les bagages, il était déjà 13h. Il nous a fallu encore une heure de métro pour arriver près de chez les amis chez qui nous logeons. En sortant du métro, on s’est arrêté dans une petite gargotte pour manger un bol de pâtes bien chaudes. Pour ceux qui connaissent, ce sont des 过桥米线, une spécialité du Yunnan : des nouilles de riz dans une soupe chaude avec des légumes et de la viande, le tout cuit et servi dans des pots en terre. Malgré la chaleur, c’était excellent. Voici une photo de mon bol, des nouilles avec des champignons, de le « peau de tofu » 豆腐皮 (lamelles de tofu pressé, utilisé dans les soupes ou les ragouts), du soja, de la salade, des algues vertes 海带 et des boulettes de poisson. Un régal !

00000           00001

Une fois le ventre bien rempli, Lire la suite Vol vers la Chine et premières impressions