Archives du mot-clé chèvre

2015… année du mouton ?

Cette année, le nouvel an chinois n’est pas passé inaperçu dans les médias français, notamment à cause de la question sur la traduction du caractère 羊 yang en « chèvre », « mouton », « bouc » ou « bélier »… Vous pouvez d’ailleurs lire l’article à ce sujet du journal La Croix.

Bref, ce dont je voulais vous parler est d’un nouveau concept que vous connaissez peut-être, avec l’arrivée à Paris du Café des Chats, dans le 3e arrondissement, où vous pouvez prendre un café, un thé ou un repas en compagnie des chats de la maison. Il a tellement de succès qu’il vaut mieux ne pas y aller sans avoir réservé au préalable…

Eh bien, les Coréens ont inventé pour vous le Café des Moutons !! C’est une info postée il y a quelques jours sur le blog L’Asie à Paris. image-petitÇa a quand même l’air moins sympathique qu’avec des chats. Sur la vidéo, j’aime particulièrement le moment où le propriétaire du café se promène dans la rue en tenant ses deux moutons en laisse… Il faudrait essayer un café avec des chèvres, ça serait beaucoup plus fun !

Petit tour dans la campagne du Henan

Je vais essayer de vous donner un petit aperçu de cette campagne dans laquelle j’ai fait un très court passage. J’ai essayé de toujours ouvrir les yeux, à la lumière de tout ce que j’avais pu lire avant.

Cour, cuisine et porte d'entrée
Cour, cuisine et porte d’entrée

Au niveau de la qualité de vie, il semble qu’il y ait des puits et les gens peuvent avoir l’eau courante s’ils font eux-mêmes les travaux, mais je peux avoir mal compris. Ils ont l’électricité et tous la télévision. Les meubles sont peu nombreux et assez anciens, mais il y a le minimum. Pour faire la cuisine, là où je suis allée, ils avaient le choix entre une gaziniène (avec bombonne qu’il faut changer), un feu à bois ou un feu avec du charbon (machine métallique où il suffit de changer le cylindre de charbon quand il est fini). Tout se cuisine avec un walk donc il n’y a pas besoin de four mais seulement un feu. Pour faire bouillir on utilise le même walk (ou un autre si on en a plusieurs).

Les gens n’ont bien sûr pas de voiture mais des vélos, voire des tricycles à moteur ou des mobilettes. Sinon, il y a les bus.

Mais que mangent les chèvres ??
Mais que mangent les chèvres ??

Pour l’agriculture, chaque petite parcelle de terrain semble être mise à profit. Devant certains magasins, on voit une petite parcelle de jeunes arbres fruitiers. Sont-ils plantés par les autorités où par les gens eux-même, je l’ignore. Des arbres aussi sont plantés sur les bord des routes ou des parcelles par les paysans. En effet, la surface par agriculteur en Chine est très petite (0,65 ha en moyenne), il faut donc exploiter au maximum.

Comme cultures, on voit surtout du blé, du maïs ou des légumes. Les paysans disent que la situation a changé récemment : avant ils cultivaient un peu de tout, maintenant, presque tout le monde cultive du blé et des légumes en hiver. Seules certaines personnent possèdent des tracteurs et outils pour labourer et semer. Les autres les paient pour semer et récoltent ensuite eux-mêmes avec des outils manuels. Il y très peu d’animaux là où je suis allée. Seulement quelques chèvres et moutons qui pâturaient sur le jeune blé des autres (pas toujours au courant).

Le gouvernement oblige aujourd’hui à planter des arbres sur les parcelles proches des routes, afin d’améliorer la qualité de l’air. Ils ont une aide financière en compensation, mais ils continuent à cultiver sous les arbres. Les arbres ne leur donnent pas un revenu régulier tous les ans… J’ai donc vu des gens planter des graines au milieu des parcelles de blé déjà semées.

Tombes dans les champs de blé
Tombes dans les champs de blé

Un autre détail qui m’a choqué : les tombes un peu partout dans les champs, et pas peu nombreuses. Chaque famille a son propre mini-cimetière et la surface occupée peut être assez grande. On a un peu l’impression d’être en permenance dans un cimetière. Il faut aussi penser qu’ils perdent ainsi de la surface cultivable, déjà qu’ils en manqent. Mais avant, c’était leur seul moyen d’enterrer les gens, et de pouvoir aller se recueillir régulièrement. Aujourd’hui c’est interdit et les gens sont obligés de se faire incinérer. Des gens continuent à enterrer « clandestinement » la nuit. Il faut aussi remarquer que beaucoup de paysans sont chrétiens…