Archives du mot-clé Mongolie intérieure

Monsieur Ho : un voyage original à travers la Chine marginale

00000Un roman original, où l’on voyage à travers la Chine dans le train d’un commissaire au recensement de la population. Le regard de ce fonctionnaire est assez décalé et il nous emmène dans une Chine marginale : une prison de condamnés à mort, un chantier de plantation d’une « ceinture verte », pour se terminer en Mongolie Intérieure, dans une gare oubliée où plus aucun train ne passe…

La vision de l’auteur est très juste, il nous emmène à l’écart des régions surpeuplées de la Chine, à la recherche d’une certaine solitude et tranquillité, impossible à trouver dans le monde urbain toujours en mouvement…

On se demande quel a été le parcours de l’auteur pour en arriver à écrire un tel roman, où l’on est dans la peau de ce petit fonctionnaire discret soudainement nommé pour cette mission stratégique…

Monsieur Ho, de Max Férandon. Editions Carnets Nord, 2013, 160 p.

Publicités

L’homme le plus grand du monde

… est mongol (minorité mongole de la Mongolie Intérieure, en Chine)

Pour ceux qui ne savaient pas. Mais on ne peut même pas l’oublier, j’ai vu cette publicité lors d’une exposition d’agriculture dans un petit village du sud-est de la Mongolie Intérieure. C’est pour une entreprise de Mongolie Intérieure qui vend des produits à base de viande ovine…

00000

Chifeng, 2009

Petit-déjeuner mongol

Ce matin, nous étions toujours à Jinshan. En sortant de l’hôtel, je vois qu’il fait -11°C ! Heureusement, il y a du chauffage, on ne s’en rend pas compte si l’on ne reste pas dehors plus de 20 secondes.

Puis direction un restaurant apparemment connu dans la région. On nous commande un petit-déjeuner typiquement mongol :
– un grand bol de thé au lait (avec épices et viande, à la fois sucré et salé) au milieu de la table (tournante)
– des beignets frits (qui me rappelle nos croissants… étonnant)
– du millet grillé mélangé à de la crême et du sucre
– des légumes salés et pains vapeur (mais ça, c’est chinois)
Pas mauvais du tout, ça fait du bien de manger sucré le matin (contrairement au petit-déjeuner chinois…).

Thé au lait, millet grillé à la crème et... baozi !
Thé au lait, millet grillé à la crème et… baozi !

On reconnait bien une alimentation basée sur des produits animaux, ce qui est logique pour des éleveurs nomades. Le millet semble aussi être la céréale locale, puisque le midi et le soir, on nous a servi un bol de millet au lieu du traditionnel bol de riz. Ce millet cuit dans l’eau me donne vraiment l’impression de manger du couscous (même taille, même couleur).

Autre spécialité de la région : fondue mongole au canard.
Pour les non initiés, la fondue mongole est un grand récipient d’eau bouillante épicée, à laquelle on ajoute de la viande (mouton, boeuf, etc.) et des légumes (choux chinois, champignons, feuilles d’épinard, etc.) au fur et à mesure que l’on mange.