Archives du mot-clé petit déjeuner

Petit déjeuner pékinois

Si l’on se promène dans les rues de Pékin le matin, on peut trouver plein de petites échoppes qui proposent des petits déjeuners. Ils se mettent à l’extérieur pour vendre mais on peut aussi manger à l’intérieur.

Voici un échantillon de ce qu’on peut y trouver : des petits pains farcis à la viande (baozi 包子), des oeufs durs et légumes salés. Comme boisson ou soupe : du lait de soja (doujiang 豆浆) ou du « cervelle de soja » (doufu nao 豆腐脑), une sorte de lait de soja coagulé avec une sauce salée… On trouve aussi souvent des beignets frits (youtiaor 油条儿), de la bouillie de riz (dami zhou 大米粥) ou de maïs (yumizhou 玉米粥), mais nous n’en avions pas pris ce jour-là.

Le petit déjeuner est donc très consistant en Chine 🙂

00000Pékin, août 2011

Publicités

S’acculturer ou ne pas s’acculturer

Malgré que cela fasse quelques années que je suis immergée dans la culture chinoise (lors de mes stages en Chine, mais aussi à Paris dans la communauté chinoise étudiante), il reste encore des choses auxquelles j’ai du mal à m’habituer.

Choses auxquelles je suis maintenant habituée
– la circulation désordonnée, la dureté des lits, la chaleur l’été, le confort minimum de la campagne,
– la nourriture et sa diversité (dans les grands restaurants autant qu’à la table des paysans), comment manier les baguettes, le petit déjeuner chinois (voir mes notes Petit déjeuner chinois et Petit déjeuner mongol), l’absence de produits laitiers ou de desserts dignes de ce nom,
– la façon de saluer ou de s’adresser aux gens et toute la gestuelle qui va avec. Par exemple, saluer de la tête en souriant, ne pas dire « nihao » mais « ah, tu es rentré » ou autre commentaire sur ce que la personne est en train de faire quand on arrive, ne pas dire « oui » mais un « hm » discret avec un petit signe de tête ou au contraire « shi a ! » « dui a ! » avec emphase pour acquiescer.

Choses que j’ai du mal à supporter
– le fait que les chinois parlent très fort lorsqu’ils sont en groupe (notamment au restaurant) ou au téléphone, ce qui fait qu’on a toujours l’impression qu’ils sont énervés et cela vous donne mal à la tête au bout d’une heure au restaurant.
– la saleté et la pollution de certains endroits, notamment la banlieue de Pékin ou certains villages de la campagne, où, comme au Maroc, on voit des amas de déchets dans la nature, et notamment près de points d’eau. Regardez ces canards qui pataugent dans les déchets…

00001          00000

– la politesse chinoise qui veut qu’on exagère toujours les compliments faits aux gens, ce dont on a pas du tout l’habitude en France.
– l’accueil chinois des invités Lire la suite S’acculturer ou ne pas s’acculturer

Petit-déjeuner mongol

Ce matin, nous étions toujours à Jinshan. En sortant de l’hôtel, je vois qu’il fait -11°C ! Heureusement, il y a du chauffage, on ne s’en rend pas compte si l’on ne reste pas dehors plus de 20 secondes.

Puis direction un restaurant apparemment connu dans la région. On nous commande un petit-déjeuner typiquement mongol :
– un grand bol de thé au lait (avec épices et viande, à la fois sucré et salé) au milieu de la table (tournante)
– des beignets frits (qui me rappelle nos croissants… étonnant)
– du millet grillé mélangé à de la crême et du sucre
– des légumes salés et pains vapeur (mais ça, c’est chinois)
Pas mauvais du tout, ça fait du bien de manger sucré le matin (contrairement au petit-déjeuner chinois…).

Thé au lait, millet grillé à la crème et... baozi !
Thé au lait, millet grillé à la crème et… baozi !

On reconnait bien une alimentation basée sur des produits animaux, ce qui est logique pour des éleveurs nomades. Le millet semble aussi être la céréale locale, puisque le midi et le soir, on nous a servi un bol de millet au lieu du traditionnel bol de riz. Ce millet cuit dans l’eau me donne vraiment l’impression de manger du couscous (même taille, même couleur).

Autre spécialité de la région : fondue mongole au canard.
Pour les non initiés, la fondue mongole est un grand récipient d’eau bouillante épicée, à laquelle on ajoute de la viande (mouton, boeuf, etc.) et des légumes (choux chinois, champignons, feuilles d’épinard, etc.) au fur et à mesure que l’on mange.

Du petit déjeuner chinois…

Ca y est, je suis de retour en France. Noël vient de passer et ça fait tout drôle de remanger français. D’ailleurs, ça n’est pas la façon la plus facile de se réadapter que de commencer par Noël. On mange beaucoup, et des choses que même les français ne mangent pas tous les jours. Aussi beaucoup de fromage et de chocolat. Ca fait un peu trop d’un coup.

A mon premier petit-déjeuner, je ne savais vraiment pas quoi manger. Entre les petits-déjeuners chinois et français, il y a une grande différence. En France, on mange plutôt sucré et dur (pain grillé ou céréales), alors qu’en Chine, c’est plutôt salé et surtout très gras, avec des aliments plutôt mous et gluants (beignets, boule de pâte de riz gluant frite, petits pains à a viande cuits à la vapeur, oeufs durs, etc.). On mange aussi des légumes très salés (parfois trop) et souvent aillés.

Petit déjeuner typique à la cantine (deux personnes): beignets simples (longs), beignets de citrouille (petits et ronds), salade de soja, oeufs, gâteau et lait de soja
Petit déjeuner typique à la cantine (deux personnes): beignets simples (longs), beignets de citrouille (petits et ronds), salade de soja, oeufs, gâteau et lait de soja

Ce n’est dailleurs pas facile de manger un petit déjeuner chinois quand on arrive. On choisit en général les choses les plus sucrées et moins grasses.

A la fin de mon séjour, je n’allais plus à la cantine le matin, souvent par paresse. Alors on faisait des pâtes ou des raviolis, mon plat préféré. C’est très facile à faire, on achète des raviolis surgelés, on les fait cuire 5-10 minutes dans l’eau bouillante, et c’est prêt ! Les surgelés sont très bons, pas la peine de les faire soi-même, c’est un peu long. En Chine, j’ai mangé des raviolis très différents : porc-chou blanc, mouton, boeuf-carottes, porc-citrouille, oeuf-ciboulette, porc-ciboulette, porc-aubergine, etc.

Le matin, on peut manger un petit-déjeuner dehors ou dans des mini-restaurants. En fait, ce que mangent les chinois le matin est plutôt compliqué à faire : légumes, pains fourrés cuits à la vapeur, beignets de toutes sortes, espèces de crèpes avec tout un tas de légumes et viandes, des soupes à l’oeuf, aux légumes, au soja… Donc, ce n’est pas très facile à faire soi-même, surtout le matin, où les  gens n’ont en général pas le temps. C’est pourquoi, je pense, on ne trouve pas ce genre de choses en France, à part les boulangeries. Les habitudes sont en fait adaptées aux besoins des gens. On peut manger un bon et bourratif petit déjeuner pour quelques yuans.