Archives du mot-clé salon du livre

Salon du livre 2015

salonlivre2015Le Salon du Livre approche !

Il aura lieu cette année du 20 au 23 mars 2015, au Parc des expositions de la Porte de Versailles. Cette année, le pays invité est le Brésil et la ville invitée est Cracovie.

Comme chaque année, la Librairie Le Phénix tiendra le stand de l’éditeur Philippe Picquier, spécialisé dans la traduction de littérature asiatique. Mais la littérature asiatique se trouvera bien sûr sur une grande partie des stands des éditeurs.

Seront notamment présentes les maisons d’édition Actes Sud, qui publie entre autres les auteurs Yu Hua, Chi Li, Aki Shimazaki ou Yoko Ogawa  ; Cambourakis, avec l’auteur de bande dessinée chinoise Golo Zhao ; Elytis et leurs carnets de voyage ; Gallimard, avec la collection Bleu de Chine et le nouveau tome de la Pléiade Anthologie de la Poésie chinoise ; Intervalles, avec le récit de voyage Un devin m’a dit, le roman vietnamien Une bien modeste famillle,  ou l’essai 1421, l’année où la Chine a découvert l’Amérique ; Nobi Nobi, éditeur de livres japonais ; Seuil/Points, avec entre autres une grande partie des œuvres du prix Nobel de littérature chinoise Mo Yan ; Riveneuve, avec une collection remarquable de littérature vietnamienne contemporaine ; Zulma, avec quelques titres de littérature asiatique ; et bien d’autres…

A vous de faire vos découvertes !

Publicités

Plongée du coeur de l’affaire Wang Lijun

couvAprès avoir rencontré Philippe Dessertine au Salon « Saint-Maur en poche », je me suis plongée dans la lecture de son livre Le gué du tigre, au titre énigmatique mais dont on comprend rapidement le sujet en lisant la quatrième de couverture : c’est un « thriller haletant » basé sur la fameuse « affaire Wang Lijun » qui a fait beaucoup de bruit en février 2012. Pour ceux qui ont vaguement entendu parler de cette affaire et qui n’ont pas tout suivi de la chute de Bo Xilai, je vous recommande vivement la lecture de ce récit hors du commun !

En effet, c’est le récit de l’arrivée de Wang Lijun au consulat américain de Chengdu, de son interrogatoire alors que l’armée chinoise encercle le consulat… Tout se passe à huis clos dans les locaux du consulat. On sent monter progressivement la tension tout en comprenant l’importance des révélations que le policier en chef (déchu) de Chongqing a décidé de faire…

Ce texte, écrit comme un thriller, nous tient en halène du début à la fin, entre réalité et fiction, et nous plonge au cœur des luttes intestines du monde politique de la Chine contemporaine. Il est difficile de ne pas en sortir bouleversé par les révélations faites dans ce livre qui se lit d’une traite. L’auteur nous fait toucher du doigt les rouages des luttes de factions, la violence des croisades contre le crime organisé et les sociétés secrètes en Chine, mais aussi la place centrale de la finance dans le monde.

Philippe Dessertine est spécialiste de la finance, professeur à l’Institut des Affaires étrangères de Paris Sorbonne. Le gué du tigre est son troisième livre après Ceci n’est pas une crise (juste la fin d’un monde) et Le monde s’en va en guerre (ne sait quand reviendra). Je vous conseille comme avant-goût la vidéo de la conférence donnée l’année dernière à Bordeaux, où il explique le contexte et les raisons qui l’ont poussé à écrire cet ouvrage.

La Corée du Sud invitée du Salon du Livre 2016

L’information vient d’être dévoilée à la fin du mois de juin, après la Chine en 2004, l’Inde en 2007, le Japon en 2012, Shanghai en 2013, c’est la Corée du Sud qui sera le pays invité d’honneur du Salon du Livre en 2016…

Une occasion de mieux connaître la littérature coréenne traduite en français, notamment grâce aux éditions Philippe PicquierDeCrescenzoImagoAtelier des cahiersZulma, et bien d’autres !

[SourceLivre Hebdo]

Pour découvrir la littérature coréenne, je vous conseille le dossier bibliographiqueproposé par la médiathèque de la ville de Strasbourg, ainsi que l’article synthétique de Jean-Noël Juttet disponible sur le site de Keulmadang, revue de littérature coréenne dirigée par Jean-Claude De Crescenzo.